Des étudiants de mon école de mystères me demandent parfois qui ont été mes enseignants spirituels. Il y a des personnes qui m’ont fortement inspiré, des balises sur mon chemin comme Kano, le druide qui m’a initié sur le chemin de la spiritualité celtique et Mikael qui a éveillé mon amour pour les huiles et essences, mais je compte également la terre parmi mes enseignants principaux. Une enseignante qui m’accompagne tous les jours, par qui je suis toujours initiée. La voie druidique m’a appris à observer, j’ai appris l’importance de l’écoute, du silence, de la connexion. Cela a donné des racines à mon ministère sur cette terre. Quand j’ai ressenti l’appel de quitter ma vie d’avant et de commencer à voyager, je savais que cela allait être une sacrée leçon de m’abandonner à la volonté et la providence divine, un enseignement dans la dynamique de la mort et la renaissance qui s’avérerait cruciale dans le monde actuel.
Mais je ne mesurais pas encore à quel point ce voyage allait m’initier dans les mystères profonds de cette terre, un voyage d’éveil et de remontée de mémoires. J’allais entrer dans une vraie relation avec la terre mère, apprendre à parler son langage, à voir au-delà du voile de l’oubli par lequel nous passons à notre naissance et qui est activement gardé en place par la peur de l’inconnu. Les lieux de pouvoir de cette terre démoliraient ensuite des murs de résistance et de conflit en moi, m’initiant dans un savoir profond qui irradiait loin au-delà de toute limitation. J’ai commencé à appeler cette qualité de relation qu’on construit avec la terre « Tantra de la Terre ». Car c’est ce que nous faisons en profondeur quand nous communions avec Pachamama : nous tissons notre énergie dans la matrice et l’histoire de cette terre. Doucement nous allons commencer à reconnaître la signature de notre âme, les cultures et lieux qui font partie de notre histoire, de notre lignée, notre héritage spirituel et nos vies passées. En identifiant les fibres dont nous sommes constitués, nous nous complétons jusqu’à ce que nous soyons entièrement ressuscités. Nous comprenons que quand nous naissons, nous entrons dans une alliance sacrée avec la terre. Elle est notre âme sœur éternelle.


Nous nous sentirons attirés par des endroits qui pourront nous accompagner dans notre processus d’éveil, nous initier dans certains mystères. Pour moi, après deux ans de ce genre d’initiations dans différents temples terrestres, j’ai rencontré mon gourou : Avalon. Sa première initiation était de m’abandonner à son énergie sans savoir où cela allait me mener, de lâcher prise sur ce que je pensais être la direction de ma vie encore une fois et de m’engager pleinement à ce que le lieu avait à m’enseigner. Je suis entrée dans l’école des mystères de cette terre et un processus très ancien de tissage a commencé, des couches de moi-même et des échos des ministères du passé vécus sur cette terre se révélaient au même rythme que le lieu me dévoilait ses secrets comme un mouvement d’éclosion en spirale infinie. Comme une danse nous avons commencé à nous déverser l’un dans l’autre.

Je remarquais que pas tout le monde venait pour les mêmes raisons. Une partie de cet endroit est comme un hôpital de guerre pour des âmes blessées, un endroit où les gens peuvent venir pour se guérir avant de retrouver le monde. D’autres viennent ici pour se découvrir, pour clarifier leur fréquence source. Et encore d’autres restent et deviennent des gardiens des portes énergétiques de ce paysage sacré, ou des enseignants des mystères ou les deux. Je sais que c’est logique que ce soit ici que j’aie exprimé mon chemin particulier et que si j’avais été ailleurs, mon école de mystères n’existait probablement pas.


Je crois qu’une partie essentielle de tout chemin spirituel est de construire une relation saine avec la terre et qu’il est important d’écouter le lieu qui appelle notre âme, car il y a toujours une bonne raison pour cela. Nous sommes appelés par la terre qui peut le mieux accompagner notre chemin spirituel, nous offrons notre service et en retour notre expansion et croissance seront grandement stimulées. Ce n’est pas toujours facile de choisir le chemin et le lieu qui sert notre mission d’âme en lieu de faire des choix plus confortables ou faciles. C’est un chemin où on est initié tout le temps, mais les cadeaux de ce choix dépassent tellement toute difficulté qui peut émerger. Il n’y a pas si longtemps, dans une atmosphère de Grande-Bretagne post-Brexit, une part de moi était tentée de faire un choix géographique plus facile pour vivre et travailler. Mais, aussitôt j’imaginais la possibilité de partir, aussitôt mon âme se contractait et je sentais clairement que mon ministère n’était pas encore terminé. J’ai reconfirmé mon engagement envers Avalon et une toute nouvelle couche merveilleuse de ce temple des mystères s’est ouverte, m’offrant un aperçu de cadeaux qui prendront le temps d’une vie à déballer. Notre création mutuelle n’est pas encore terminée.