L’Essence de la Beauté

Le sujet de la beauté est un sujet sensible qui crée de la confusion pour beaucoup de personnes. Dans le travail que je fais avec les femmes plus spécifiquement, j’ai remarqué que toutes ont déjà fait face à des problèmes d’estime de soi ou un manque d’amour de soi en relation avec leur apparence physique à un moment donné. Indépendamment de leur beauté, succès, talent ou personnalité, presque toutes les femmes ressentent des insécurités à propos de leur physique.

Ces insécurités sont nourries par la prescription de la beauté avec laquelle nous sommes bombardés au quotidien à travers les différents médias: l’image de la beauté dans les magazines, les femmes qui sont montrées sur la télévision, des femmes célébrées par les créateurs de mode et qui reçoivent l’étiquette de muse grâce à la conformité de leur taille. Tout cela affecte bien sûr de façon délibérée notre estime de soi parce que nos insécurités gardent en vie une industrie de la beauté très lucrative.

Mais la distorsion et limitation du concept de la beauté ne sont pas nouvelles. Les histoires que nous pouvons lire sur les femmes historiques sont souvent des histoires qui se limitent à décrire la beauté physique de ces femmes. Comme si leur beauté les élevait quelque part à un statut spécial qui leur a permis de survive la censure des livres d’histoire. Pensez à des femmes mythiques comme Hélène de Troie ou Cléopâtre qui étaient célébrées pour leur beauté, mais craintes en même temps, comme si leur beauté leur donnait le pouvoir d’ensorceler les hommes d’une certaine façon. Ces femmes dont la vie était trop documentée pour être ignorée étaient toujours largement définies par leur apparence physique. Beaucoup d’autres femmes puissantes, fondatrices pour notre civilisation, ont simplement disparu de notre histoire sans aucune trace. Les exemples féminins avec lesquels nous restons sont rares et montrent souvent une image triste et passive d’un idéal féminin qui est défini par la beauté, la piété et la gentillesse.

C’est une version conte de fées de l’histoire de l’humanité, une fantaisie imaginée par les hommes au pouvoir. Ce n’est pas parce que les femmes sont largement absentes, ou confinées à un rôle périphérique de l’histoire écrite qu’elles l’étaient réellement. Nous savons tous pertinemment bien que des cartouches de pharaons féminins ont été enlevées des murs de temples, que des livres évangéliques ont été brûlés, que l’histoire a été altérée et réécrite maintes fois pour convenir au narratif de ceux en pouvoir. La beauté physique a été utilisée comme un outil politique qui gardait les femmes silencieuses en les réduisant à une fonction décorative.
Et en poursuivant les standards de beauté dominant dans le monde aujourd’hui et en acceptant que les règles de la beauté soient définies et imposées par des sources extérieures, nous soutenons l’idée que la beauté physique est l’atout le plus important des femmes, les réduisant ainsi à nouveau à seulement un de leurs aspects. C’est pour cela que si nous souhaitons réhabiliter l’énergie féminine et restaurer la voix du féminin, il est temps de commencer à repenser notre histoire et réalité en y additionnant les voix des femmes. Nous pouvons aider à donner forme à un monde avec plus d’égalité en redéfinissant, un par un, les concepts qui font partie de la structure de notre réalité et nous reprendrons également notre pouvoir créatif dans le processus.

Un de ces concepts qui a besoin d’évaluation est celui de la beauté. En lieu de juste rejeter la beauté physique et de la cataloguer comme superficielle, nous pouvons la redéfinir et adapter notre vision sur elle. Quand nous pensons par exemple à la beauté d’un magnifique paysage qui nous coupe le souffle ou à la majesté d’une panthère noire, le mot superficiel ne nous vient pas à l’esprit. Donc d’où vient la vraie beauté des choses et des humains et qu’est-ce qu’on trouve quand on se connecte à son essence?

J’ai commencé à demander à des hommes et femmes comment ils voyaient la beauté, comment ils la définissaient et percevaient en d’autres personnes et en eux-mêmes et ce qui ressortait de ces différents échanges avait de grandes similarités.
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la beauté est un phénomène plus intérieur qu’extérieur pour la plupart des gens. Elle s’étend largement au-delà du domaine de l’aspect physique et n’a pas grand-chose à voir avec la beauté superficielle, mais plus avec un sentiment qui émane depuis l’intérieur, une énergie que nous émanons quand nous sommes pleinement en présence. Eh oui, cette beauté intérieure peut être perçue à l’extérieur. La beauté extérieure comme symptôme d’une harmonie intérieure, mais ce n’est néanmoins qu’une couche de tout ce que la beauté est. Quand notre beauté se limite à notre apparence physique, elle est souvent ressentie comme étant superficielle, vide. Et beaucoup de gens admettent également que quand ils ne se sentent pas bien, notre apparence physique nous sort d’armature. La façon dont nous nous habillons, maquillons devient alors un bouclier entre nous et le monde extérieur.
Quand nous nous sentons bien, notre beauté physique est ressentie comme étant l’expression d’une beauté sous-jacente, plus profonde. Notre beauté se ressent dans notre ouverture, notre vulnérabilité. Quand nous utilisons notre apparence physique pour exprimer notre état d’être et notre personnalité et sublimer notre beauté intérieure, notre apparence physique devient une extension de qui nous sommes, une expression de notre vrai soi. La beauté extérieure fait sens quand elle est portée par une énergie plus profonde. Nous estimons qu’une belle personne est quelqu’un qui émane le bonheur, quelqu’un qui est satisfait et confiant, gentil et généreux, quelqu’un qui rayonne. L’abondance de la beauté intérieure déborde alors à l’extérieur comme une coupe qui déborde.

L’authenticité semble être un élément clé de la vraie beauté. Cela fait sens, car en y réfléchissant, la beauté de la fleur réside dans le fait qu’elle n’essaie pas d’être autre chose que ce qu’elle est, elle est tout simplement. Donc au lieu d’essayer tous de rentrer dans le même moule, nous devrions surtout faire sortir notre propre fréquence, nous sommes là pour ajouter notre propre beauté hautement individuelle à la palette de couleurs universelles. La beauté se trouve dans la diversité, pas dans l’uniformité.
Nous trouvons la beauté dans tellement d’endroits différents, nous la trouvons dans une vraie connexion avec un autre être, il y a de la beauté dans la compassion, dans la joie, dans le pardon, dans l’acceptation de qui nous sommes, nous trouvons de la beauté dans la lumière qui émane des yeux des gens vivants. En essence, la vraie beauté n’est qu’autre chose que l’aspect visible de l’amour.

La dernière chose qui a piqué ma curiosité en parlant avec les gens sur le sujet de la beauté, c’est que nous avons des définitions et perceptions radicalement différentes de la beauté quand il s’agit de la beauté d’autres personnes ou de la nôtre. Quand il s’agit de nous, nous basons notre opinion de notre propre beauté uniquement sur notre apparence physique. Pourquoi sommes-nous si durs et réducteurs avec nous-mêmes parce que nous estimons ne pas avoir un physique parfait, alors que la perfection n’est pas ce que nous trouvons beaux dans les gens que nous aimons le plus. Ce que nous aimons le plus dans nos proches est leur sourire, leur excentricité, leur grand coeur, leur créativité, leur enthousiasme ou passion… Et c’est exactement ce que d’autres personnes trouvent beau en nous aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *