Sacrilège! Ou pas?

Je me suis mise à l’écriture de cet article pour soutenir des personnes que je rencontre, des femmes et hommes qui ont trouvé leur vocation dans le domaine des soins et qui aimeraient partager des activités dans le domaine du bien-être ou partager un enseignement spirituel, mais qui ont du mal à se rémunérer pour ces activités.
Souvent il y a une hésitation, une crainte, honte même de demander de l’argent pour un service dans le domaine de la spiritualité et de la conscience. D’où viennent ces résistances et cette frigidité par rapport à l’argent?

Une première chose, c’est qu’on a besoin de prendre conscience de nos croyances limitantes par rapport à l’argent et le fait de gagner de l’argent. Nous avons besoin de faire l’inventaire des conditionnements que nous avons reçu par rapport à cela et des croyances toxiques que nous entretenons toujours aujourd’hui.
Depuis la petite enfance nous sommes éduqués dans la croyance que « gagner sa vie » est difficile. (Au passage, cette expression est à bannir de notre vocabulaire car nous n’avons pas besoin de prouver notre droit d’exister, le fait d’être nés nous donne le droit de participer à la vie) Cela crée la croyance en nous que gagner de l’argent implique la souffrance et un travail dur et acharné. Forcément, ce qui va faire qu’il y a un salaire mensuel dans notre compte en banque, ne peut qu’être une activité chiante. Souvent cela implique en plus d’être au service de la vision de quelqu’un d’autre qui sera plus apte à déterminer la valeur de notre travail. Difficile de déterminer la valeur de son travail quand nous sommes éduqués à croire que nous n’avons pas le droit ou les compétences pour le faire. Nous ne sommes pas encouragés à être indépendants, mais à « bosser » en entreprise ce qui créé le sentiment d’être irresponsable ou irrationnel chez les gens qui décident de tracer leurs propres parcours. En plus de cela, il y a souvent un sentiment de culpabilité à quitter le système dans lequel on a été éduqué à fonctionner, à choisir autre chose pour soi que ce pour quoi on a été éduqué. Comme s’il y avait un manque de loyauté envers certaines valeurs familiales ou sociétales, parfois cela va même jusqu’au sentiment de trahison.

On a cette idée qu’on n’a quelque part pas le droit de vivre de ce qui nous passionne, cela doit rester dans la sphère privée. C’est la raison principale pourquoi autant d’artistes ou auto-entrepreneurs galèrent. « Qui suis-je pour m’épanouir alors que d’autres personnes souffrent ? » Justement, prenez cette opportunité pour être un exemple pour d’autres personnes et leur ouvrir la porte à plus de liberté, à une vie qui les ressemble. Le fait de gagner votre argent avec votre passion vous permet d’être libre et de pouvoir prendre des décisions et faire des choix de vie qui sont en totale cohérence avec vos valeurs et votre vocation. Quand vous perdez la liberté financière, vous perdez avec elle la liberté de faire vos propres choix et vous serez contraints à faire des compromis.

Car regardons de près les alternatives à recevoir un salaire qui vous permet de vivre dignement de votre passion, de votre vocation:

Une première possibilité serait de prendre le fameux « boulot alimentaire » pour subvenir à vos besoins matériels et de laisser votre « vocation » comme activité secondaire. Ne vous inquiétez pas, votre vocation deviendra en effet secondaire dans votre vie, une arrière-pensée qui passera sur le deuxième plan. Car quel est le résultat de vous mettre en action dans quelque chose qui ne vous correspond pas ? Vous perdez votre énergie, vous dépensez votre réserve énergétique car c’est épuisant de faire quelque chose qui va à l’encontre de votre nature et il ne vous restera plus d’énergie pour alimenter votre vraie passion. Quel est le sens de nourrir un système avec lequel on n’est plus en accord pendant la plus grosse partie de notre journée? Ce n’est pas cohérent.

Pour être en cohérence, notre activité professionnelle a besoin de correspondre à qui on est, d’être la traduction physique ou matérielle de notre mission d’âme. C’est notre alignement intérieur à notre âme qui détermine si nous honorons le sacré en nous. Plus nos activités reflètent notre être authentique, plus notre vie trouve une cohérence avec le sacré. Il est donc préférable d’investir notre énergie pleinement dans l’activité en laquelle nous croyons vraiment, qui soutient le sacré en nous. Notre vocation mérite l’investissement de la majorité de notre énergie. En faisant cela nous véhiculons ce message : notre vocation est prioritaire pour nous, c’est ce qui a le plus de valeur dans notre vie.

Deuxième possibilité pour pouvoir partager nos services gratuitement ou à très faible prix, serait de recevoir un soutien financier extérieur. Ce soutien peut venir d’une allocation financière, d’un(e) partenaire de vie ou de la famille. Le problème avec cela, c’est que cela va toujours nous emmener à faire des compromis. Il n’y a pas de l’argent gratuit, il n’y a pas d’aides financières gratuites, on attendra toujours quelque chose en retour pour cela. Cet argent ne sera pas inconditionnel mais nous contraindra dans notre liberté de choix et nos mouvements. Impossible de ne pas compromettre nos valeurs et notre vérité quand on doit rendre des comptes. Avec la difficulté supplémentaire évidemment que dans un couple cette situation crée de grands déséquilibres et une dépendance financière de la part du partenaire avec le faible revenu et possiblement aussi un abus de pouvoir (conscient ou inconscient) ou un sentiment d’injustice et un ressentiment croissant chez le partenaire qui est la force financière du couple. Mieux vaut donc éviter.

Dernier point de résistance mais pas des moindres : c’est immoral de recevoir de l’argent pour ce qui est de l’ordre du sacré. Cette pensée crée une frontière entre le sacré et le non-sacré. Cela voudrait dire qu’il y ait une séparation entre activités sacrées et activités non-sacrées, ou choses qui sont divines et choses qui ne sont pas divines. C’est OK de gagner de l’argent avec ce qui n’est pas divin (car l’argent est sale), mais ce n’est pas OK de gagner de l’argent avec le divin. Pour moi cette séparation est une illusion, la création entière fait partie du divin. Il n’y a rien qui est « en dehors » du sacré puisque tout trouve son origine dans la même source. Toute notre vie, chaque action, chaque mot, chaque geste est une expression du divin. C’est la façon dont nous nous positionnons dans la vie à chaque instant qui détermine notre degré de cohérence avec le divin, plus que nos actions.

Se faire rémunérer pour ses activités spirituelles ou dans le domaine de la conscience vous permet de dédier 100% de votre temps à ce en quoi vous croyez vraiment et d’agir sans faire de compromis sur vos valeurs ou sur ce que vous avez envie de partager dans le monde.

Related posts / Articles relatifs

Pin It on Pinterest