Parlons misogynie. a définition officielle est une haine des hommes envers la femmes/filles. Mon expérience personnelle de la misogynie est beaucoup plus subtile que cela et s’approche plus de la définition de Kate Manne (Philosophe et auteure de « Down Girl – the logic of misogyny ») où elle l’explique comme « des systèmes sociaux ou environnementales où les femmes font face à l’hostilité et la haine parce qu’elles sont des femmes dans un monde d’hommes – un patriarcat historique. » Je ne crois pas que les hommes haïssent les femmes, je crois que les hommes admirent et aiment les femmes mais que beaucoup d’hommes se sentent menacés par une femme dans sa puissance. La misogynie est plus subtile que « je te déteste parce que tu es une femme », la misogynie c’est des femmes qui doivent travailler 4 fois plus pour prouver leur valeur, c’est des femmes qui sont oubliées pour des promotions, dans l’art, des interviews, la littérature… c’est les femmes qui reçoivent un « tu te prends pour qui » juste pour faire ce qui les passionne. C’est des femmes dont les partenaires leurs disent qu’elles sont égoïstes ou inconsidérées parce qu’elles sont ambitieuses ou elles poursuivent leurs rêves. C’est des hommes qui préfèrent des partenaires dociles. C’est des hommes qui assument qu’ils ont le dernier mot dans les grandes décisions du couple ou d’un partenariat professionnel. C’est des femmes qui minimisent leurs capacités, leur puissance, leur rayonnement pour éviter de provoquer le masculin.

Mon expérience personnelle de la misogynie est de la sorte plus subtile. Je n’ai pas subi de menaces physiques ou verbales, mais j’ai fait expérience d’autres formes de misogynie. Pour moi cela se manifeste dans la forme de mon conjoint qui reçoit automatiquement plus de crédibilité par certaines personnes parce que c’est un homme, ou des gens qui assument qu’il est le « cerveau » derrière nos activités professionnelles, ou encore des gens qui le félicitent pour la qualité d’un article que j’ai écrit. Cela se manifeste dans des interviews qu’on a fait ensemble où je reçois 10% des questions, d’une qualité notablement inférieure. Je le rencontre dans des hommes dans le cadre de mes activités professionnelles, dans ma vie, qui se sentent provoqués par ma puissance et qui commencent à entrer en compétition avec moi ou commencent à se comporter de façon désagréable. Ou d’autres qui arrivent à interpréter mon confort à être dans ce monde comme quelque chose de sexuelle. Mon expérience avec la misogynie vient des hommes qui ne se considèrent pas misogynes mais qui essaient néanmoins d’affaiblir mon pouvoir ou mon autorité. Je provoque certains hommes, pas par ce que je fais, mais par qui je suis.
J’ai eu plein de conversations ces derniers jours avec des femmes autour du thème de la misogynie. Des femmes de différents contextes religieux et spirituels, des femmes venant de différentes cultures. Souvent la misogynie vient des personnes les plus proches d’elles, leurs maris, conjoints, pères, collègues. C’est une voix condescendante, une voix qui essaie de les persuader qu’elles n’ont pas besoin de poursuivre leur vocation, une voix qui leur dit d’avoir peur « qu’elles se montrent », une voix qui diminue l’importance ou la validité de leurs ressentis ou leurs rêves, etc.

Évidemment, cela a eu son impact sur moi et je me suis réveillée au milieu de la nuit avec les mots suivants qui sortaient de mon stylo, j’ai décidé de les partager :

Chers hommes de cette terre,

Arrêtez de combattre le féminin, car c’est une bataille que vous ne pouvez pas gagner. C’est une bataille que vous ne voulez pas gagner, même si on vous a dupé à croire que c’est ce que vous souhaitez. Pourquoi vous ne pouvez pas gagner cette bataille ? Pas parce que le féminin est destiné à vous vaincre et à reprendre le pouvoir, mais parce que le destin de l’humanité est l’équilibre. Vous ne pouvez pas gagner parce que vous combattez l’ordre naturel de la vie, de l’univers, du divin. La vie s’organise naturellement de façon harmonieuse et cela implique un équilibre, l’égalité.

Nous comprenons que vous ayez peur et nous sommes en compassion de vos incertitudes et vos peurs, mais cela ne veut pas dire que nous accepterons la violence, la répression, le harcèlement, l’exclusion ou la haine. Nous avons vécu et agit depuis la peur depuis des siècles, millénaires nous-mêmes. Vous avez peut-être peur de ne plus être pertinents si vous perdez votre domination, si vous perdez votre statut actuel. . Mais, voyez-vous, nous ne vous aimons par pour vos symboles de statut, pour votre « position » dans le monde, ni pour l’attention que vous recevez. Nous vous aimons pour qui vous êtes. Pas ce que vous avez, ni ce que vous faites, qui vous êtes. Vous êtes pris en otage par un système obscure et violent qui vous a convaincu que vous n’avez pas de valeur sans ces symboles externes, que vous n’avez pas de valeur intrinsèque. C’est ce même système qui a étouffé le féminin et que certains d’entre vous défendent désespérément, auquel beaucoup d’entre vous sont attachés inconsciemment. Ce même système vous a convaincu que vous devez craindre le féminin dans sa puissance, car elle vous enlèvera des choses, elle vous dévorera.

Cela n’est pas vrai. Nous n’avons pas pour intention de vous détruire. Notre intention est la beauté, nos actions sont propulsées par un désir profond de liberté, la nôtre comme la vôtre. Nous aimons votre compagnie et nous aimerions beaucoup que vous vous joignons à nous pour créer un monde d’harmonie, notre désir le plus profond c’est d’être unis avec vous dans l’amour. Mais. Si vous pensez que nous allons nous retenir pour profiter de votre compagnie, vous avez tort. Nous ne retiendrons plus notre vérité, nous ne diminuerons plus notre puissance, nous ne retiendrons plus notre lumière. Et nous sommes désolées si vous vous sentez en danger à côté d’une femme dans sa puissance, car vous mettre en danger n’est pas notre intention. Mais vous voyez, nous ne pouvons plus nous retenir car les enjeux sont plus élevés que jamais. Nous sommes mobilisées par la mère terre pour être ses émissaires d’amour et d’harmonie. La déesse elle-même parle à travers nous et nous savons que le destin de l’humanité dépend de notre capacité à retrouver l’équilibre dans le monde. Donc, pour le bien du collectif, nous sortons de l’ombre. Cet accueil de notre puissance est non-négociable. Ce n’est pas quelque chose qui est fait contre vous, c’est quelque chose qui se fait POUR la planète, pour l’humanité, pour l’harmonie, pour l’amour.

Avec amour et Compassion

Les femmes de cette terre

Related posts / Articles relatifs

Pin It on Pinterest