Comprendre Samhain

La déesse de la terre rugit. Elle rugit depuis un certain temps, mais autour du temps de Samhain sa voix devient plus forte et plus audible. Samhain a toujours été un temps de clarté et de vérité. L’énergie de Samhain demande de l’honnêteté, elle ôte le voile, montre les illusions et nous aide à percer jusqu’à l’essence de chaque chose.

1. Samhain n’est pas une fête païenne:

Samhain n’est pas une fête païenne pour la simple raison que les « Païens » n’existent pas. Païen est un mot insultant inventé par le conquérant Romain avec l’intention de créer un ennemi commun dans la conscience de l’empire romaine. Le mot veut dire paysan, une personne simple d’esprit et pas cultivée. Le mot païen était utilisé par les Romains pour créer une opposition entre leur culture et les « autres », en pratique presque chaque culture différente de la leur qui appliquait d’autres règles. En identifiant les cultures celtiques en tant que païens, ils ont réussi à engendrer un sens de supériorité et d’orgueil à l’intérieur de la civilisation romaine et créé la croyance que les cultures et civilisations indigènes des territoires convoités, qui étaient souvent polythéistes, faisant le culte de la nature, étaient inférieures à la leur. De la même façon que les colonisateurs des temps modernes ont utilisé de la propagande pour montrer les populations des territoires envahis comme étant « inférieurs » pour obtenir du soutien pour les campagnes de guerre dans leur pays, les Romains utilisaient le paganisme en partie comme justification pour les invasions, promettant d’amener culture et civilisation aux déchus.

 

2. Samhain est une fête druidique

Samhain est associé au druidisme et est une fête druidique. Les druides étaient un groupe de femmes et hommes au sein de la civilisation celtique qui était désignée comme les gardiens de l’héritage spirituel et intellectuel de la communauté. Ils étaient les enseignants de leur communauté, apportant sagesse et connaissances sur les domaines de la guérison, l’astronomie, l’astrologie, la biologie, la mythologie, etc. avec les autres membres de la communauté par transmission orale. Ils étaient les gardiens de la sagesse, consultés par leur peuple quand il y avait de décisions importantes à prendre et ils rythmaient la vie quotidienne en respectant les grands festivals au moment que la roue de vie tourne. Les druides tiraient une grande partie de leurs connaissances de la nature, par observation et étude de la faune et la flore ils apprenaient davantage des choses sur les lois cosmiques et le fonctionnement de l’esprit et l’âme humain. Leurs plus grands maîtres étaient la mère terre et le père ciel et à travers leur collaboration avec eux ils obtenaient des pouvoirs magiques et étaient capables d’influencer et maîtriser les éléments. C’étaient des chuchoteurs d’arbres, des « savants des chênes » et en apprenant le langage de la terre ils apprenaient comment voir et ressentir au-delà des frontières du monde visible. Ils honoraient et vénéraient le divin en chaque partie de l’existence et reconnaissaient les différentes façons dont se manifestaient l’essence de dieu et l’essence de déesse dans le monde qui leur entourait. Une réalité assez éloignée des « simples paysans » des Romains.

 

3. Halloween n’est pas Samhain

Halloween est une fête catholique dérivée de Samhain. Halloween est dérivé de l’Écossais “All Hallows Eve” ou “Soirée sainte”, qui tombait le soir avant la Toussaint. La fête a son origine dans les Isles Brittaniques et était exportée par des immigrants irlandais aux colonies américaines. Halloween a incorporé certains éléments de Samhain, les deux étaient célébrés autour de la même date et honoraient les ancêtres par exemple, mais la signification et le caractère des deux fêtes sont très différents. Aujourd’hui Halloween est devenue une célébration de l’horreur et du gore et beaucoup des traditions et célébrations d’Halloween ont l’intention de faire peur aux gens. C’est devenu un feuilleton, une pièce de théâtre dans lesquels tout le monde joue sans savoir pourquoi, la fête a perdu son sens sacré.

La religion était l’arme de prédilection des Romains et leur permettait d’affaiblir la culture, les coutumes et la religion des populations indigènes des territoires envahis et de remplacer leur culture avec leur propre culture pour créer des territoires homogènes qui étaient plus faciles à surveiller et contrôler qu’une multitude de cultures et structures de société différentes. Pour faciliter l’acceptation des populations indigènes, certains éléments des fêtes préchrétiennes étaient repris dans les fêtes chrétiennes. L’esprit celtique était néanmoins fort et Samhain était une fête tellement importante que l’Église romaine a mis des siècles pour imposer leur fête. Même si Halloween ressemble à Samhain à la surface, dès qu’on creuse on découvre une essence tout à fait autre.

Les Romains avaient compris que la force de la culture celtique se trouvait dans leur lien à la terre et en remplaçant le culte de la nature avec le christianisme, ils étaient capables de déconnecter les gens de la terre en créant une culture spirituelle qui valorisait la pensée intellectuelle avant l’expérience physique. Non seulement ça, mais en affirmant que le monde de la matière était déconnecté du divin, ils ont créé un abîme entre les humains et le sacré avec plusieurs conséquences : les gens perdaient leurs racines et ils sont devenus faibles et faciles à influencer, la mère terre était dorénavant ignorée, pas respecté et avec elle tout ce qui était féminin, les femmes perdaient leur importance et étaient écartées de la vie spirituelle, celles qui revendiquaient leurs droits étaient persécutées.

Les Romains étaient connus pour leur devise “diviser pour mieux régner” et cette philosophie s’est répandue dans leur religion et coutume. Après avoir réussi à créer une division entre le masculin et le féminin, entre êtres humains et le monde naturel, Halloween était utilisé pour renforcer la croyance que le royaume invisible était quelque chose à craindre, que nous étions déconnectés du monde spirituel et que tout ce qui était magique et mystique était mal et on devait le rejeter de notre vie, diminuant encore plus notre pouvoir personnel.

 

4. Samhain est une fête celtique

Les Celtes est un terme utilisé pour définir un grand nombre de différents peuples et civilisations d’origine indo-européenne, datant d’au moins 1200 avant notre ère et allant jusqu’au moyen âge qui s’étendait sur un territoire qui allait du sud de l’Espagne et du Portugal, incluant la France, les îles britanniques, la Belgique, le sud des pays bas et de l’Allemagne, la Hongrie et l’Autriche, incluant toute l’Europe de l’Est jusqu’inclure la Pologne et jusque dans l’Anatolie turque. Dans cette vaste région, il y avait une culture dominante qu’on a appelée la culture celtique. Au sein de cette culture, il y avait une grande ressemblance entre différents aspects culturels de toutes les différentes régions comme dans la mythologie, l’organisation de la société, l’utilisation de matériaux de construction, les dessins utilisés dans l’art et les artéfacts, l’écriture, ainsi que des similitudes dans la structure de la religion, comme des notions de polythéisme, la reconnaissance de dieu/déesse et le culte de la nature. On peut s’imaginer qu’il y avait quand même de grandes différences entre les « Celtes » de l’Espagne et par exemple les Celtes en Pologne, donc le terme « celte » même est discutable, mais on l’utilise pour faciliter la conversation.

Pour le peuple celte, Samhain était la célébration la plus importante de l’année, c’était une fête sacrée, qui marquait la fin d’un cycle et le commencement d’un nouveau. C’était un moment de transition dans l’année qui permettait de laisser tomber le vieux et inviter du nouveau, un moment de renaissance puissant. De toutes les célébrations celtiques, Samhain était la plus alchimique, c’était une opportunité pour purifier son énergie avec l’énergie de l’élément feu et de transformer ses ombres. Samhain est un moment suspendu dans le temps, une fenêtre qui s’ouvre entre notre monde et l’au-delà ou le monde invisible, quand le voile qui sépare les différentes dimensions devient plus transparent et disparaît parfois entièrement. Pour le peuple celtique c’était l’opportunité pour aller confronter et accepter leurs parts d’ombre, tout en célébrant et renforçant leur lumière et pour voir dans les parties obscures et invisibles de l’existence, agrandir leur connaissance de la vie et étendre leur sagesse. Samhain renforçait le courage : le courage de regarder dans l’obscurité, de faire face à l’entièreté de l’existence, noirceur incluse, de se lancer dans l’inconnu et d’avancer en confiance malgré les appréhensions. Samhain nous apprend de faire confiance à nos instincts, nos intuitions, car quand la lumière diminue à l’extérieur, notre vrai pouvoir se révèle.
Samhain était une célébration de nos racines, de nos origines, de la source dont nous venons tous et nous offrait l’opportunité pour intégrer ce qui nous précédait, toutes les forces cosmiques qui ont permis notre existence, tous les ancêtres qui nous ont passé leur sagesse et tous les cadeaux d’abondance de la mère terre, nous permettant de survivre et prospérer.

 

5. Samhain n’a aucune association avec la magie noire

Une des confusions autour de la fête de Samhain, est son association avec la magie et la sorcellerie. La sorcellerie a connu une renaissance depuis la création du Wicca, une religion inventée en 1954 par Gerald Gardner qui basait sa doctrine sur des enseignements qu’il a soi-disant reçus d’une assemblée de sorcières, sur des choses qu’il a apprises de son temps chez les rosicruciens et les francs-maçons et des éléments repris des écrits de Alistair Crowley. Wicca a repris certains éléments des coutumes préchrétiennes, comme le culte de la déesse et de la nature, mais est une religion différente avec sa propre identité, énergie et philosophie. L’origine de Samhain se trouve dans la société celtique et précède alors largement l’origine du Wicca.

La confusion est néanmoins compréhensible, car Samhain a un réel lien avec la magie. Quand le voile commence à dissiper, nous sommes capables de maximiser notre potentiel, communiquer plus facilement avec la vie après la mort et les esprits de la nature et pratiquer la divination. Aujourd’hui nous avons peur de ces capacités et il y a une aura de sociétés secrètes et magie noire qui entoure tout ce qui est magique et mystique. Pour les Celtes, par contre, ces capacités « supra » naturelles étaient normales et naturelles. Pour eux, le monde naturel, humains inclus, était une réflexion du divin. « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » ce qui veut dire que le monde visible est un miroir du monde invisible, que le monde matériel est un miroir du monde spirituel. Les Celtes ne se voyaient pas comme étant séparés du divin, ils étaient, eux aussi, manifestation du sacré, ce qui leur procurait naturellement des capacités divines.
Notre peur de la magie vient de siècles de persécutions littérales et figuratives de tout ce qui contient de la magie, du supernaturel et du spirituel. Toutes ces années de persécution ont laissé l’empreinte que pratiquer la magie est dangereux. Et c’était vrai, mais pas à cause de la magie, parce que la magie nous exposait au danger d’être rejeté de la société, enfermé ou même mis à mort. La plupart des saints qui sont reconnus et même fêtés par les différentes religions aujourd’hui étaient ridiculisés, excommuniés, persécutés, menacés, enfermés ou tués à cause de leur pouvoir magique et le fait qu’ils pouvaient faire des miracles.

Halloween continue à cultiver la peur de la magie et force le monde des esprits encore plus loin dans la sphère du démoniaque, du macabre, de l’obscure. Le problème avec le fait que nous tournons notre dos à la magie est double. Tout d’abord, en agissant de la sorte on laisse toute la puissance spirituelle disponible à ceux qui ont de mauvaises intentions, ceux qui n’hésiteraient pas à influencer d’autres personnes ou à utiliser certaines énergies à mauvais escient pour tourner des situations à leur avantage (la magie pratiquée dans les sociétés secrètes ou la magie noire). Notre ignorance, naïveté et manque de connaissance nous met dans une position de vulnérabilité et fragilité et sans qu’on en ait conscience on donne ainsi une grande partie de notre pouvoir personnel à des tiers. On nous apprend à craindre l’inconnu et le résultat est que nous faisons tout le temps de l’autosabotage dans la vie, nous traversons la vie, peureux du moindre changement et nous stagnons à cause de nos multiples peurs. Notre méfiance de l’inconnu n’est en effet rien d’autre qu’un manque de confiance en nous-mêmes.
Deuxièmement, nous nous trompons si nous pensons que nous ne sommes pas influencés par des énergies extérieures en refusant d’apprendre à maîtriser notre potentiel énergétique et spirituel. Nous sommes tous des êtres magiques de nature, si nous le voulons ou pas, si nous en sommes conscients ou pas. Parce que nous faisons partie de la réalité, nous influençons constamment notre environnement immédiat et plus lointain. Notre état d’être, notre état de conscience, notre santé physique, nos pensées et nos sentiments modifient notre expérience de la réalité et influencent tous les êtres vivants autour de nous. Même si nous n’en prenons pas conscience, nos vies sont une succession d’actes magiques. Par exemple: en pensant et parlant négativement d’une personne, nous influençons négativement la réalité de cette personne et notre propre réalité, c’est un petit acte de magie noire si vous voulez. En pensant et parlant positivement et tendrement d’une personne, nous influençons leur énergie positivement, donc un petit acte de magie blanche. Plus nous sommes conscients de cela, plus nous pouvons maîtriser notre influence et dirigez notre énergie vers l’action positive.

– Anaïs (photo par Joshua Newton)


♣ Si vous souhaitez partager cet article, vous êtes évidemment bienvenu de le faire en citant clairement l’auteur et le site source de l’article: « Cet article a été écrit par Anaïs Theyskens pour le site www.anais-jeanbaptiste.com  » Merci pour vos partages ♣

One Response to Comprendre Samhain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *